L’impression 3D par liage de poudre a été conçue au MIT en 1993. Elle repose sur la solidification d’une poudre via un liant.

impression 3D liage de poudre

Pas de la poudre aux yeux

L’impression par liage de poudre nécessite une imprimante disposant de deux réservoirs. Le premier abrite la poudre (généralement du gypse, du sable, du plastique, de la céramique et même du sucre) qui va servir à réaliser l’objet final, tandis que le second bac est vide. Un cylindre balayeur se charge de disposer une première couche de poudre sur la plateforme de fabrication. La poudre est alors solidifiée grâce à un liant. C’est également à ce moment qu’intervient le processus de coloration en fonction des exigences préalablement définies. La plateforme baisse ensuite d’un niveau avant que l’opération ne se répète jusqu’à la finalisation de l’objet 3D. Notez que l’absence de support d’impression est une aubaine pour la création d’objets complexes.

Très esthétiques, les réalisations 3D par liage de poudre sont notamment utilisées dans les domaines artistiques, l’architecture ou encore pour imprimer des figurines détaillées.

Avantages : impression en couleur possible, pas de support d’impression, possibilité d’imprimer des objets complexes

Inconvénients : post-traitement nécessaire, objets pouvant être fragiles, objets fonctionnels avec des mécanismes irréalisables