10 avis d’experts sur l’avenir de la fabrication additive en 2030

5 avril 2021 Par 0 Commentaire

En ce premier trimestre 2021, United 3D Makers vous propose de voir plus loin. Découvrez le regard porté par 10 experts internationaux sur le potentiel de l’industrie de la fabrication additive à l’horizon 2030.

Ils ont répondu aux questions suivantes, posées par 3D Printing Industry et rapportées par Michael Pecth dans son récent article :

  • Dans quelles mesures les gouvernements respectifs seront-ils enclins à encourager la filière dans les 10 prochaines années ? En freineront-ils l’essor dans le cadre des contrôles à l’exportation ?
  • Le développement des marchés régionaux de fabrication additive en sera-t-il encouragé ?
  • Quels leviers seront actionnés pour généraliser la fabrication additive et comment la vie des populations en sera-t-elle impactée ? Les experts interrogés considèrent l’impression 3D comme une technologie dores et déjà vitale, juste derrière l’amélioration des soins de santé pour un avenir assurant la préservation de l’environnement.
  • Un avenir fait de marchandises produites à la demande et personnalisées se profile-t-il ? 
  • Les entreprises publiques seront-elles introduites en bourse ou acquises et absorbées par les grandes entreprises privées ?
  • Quelles nouvelles opportunités – encore inexploitées – seront créées par la recherche de nouvelles matières premières ?
  • Comment les experts positionnent-ils la fabrication additive sur l’échelle des acteurs la 4ème révolution industrielle ?
  • Dans quelles proportions les universités ouvriront-elles leur cursus au domaine des technologies d’impression 3D, ouvrant ainsi la voie à une génération entière de nouveaux talents ?

Poursuivez votre lecture pour obtenir des informations sur les PDG, les CTO et autres experts en fabrication additive ! Et suivez-nous sur FacebookLinkedin et Twitter pour suivre toute l’actualité de la fabrication additive. 

 

  • Marie Langer, PDG, EOS GmbH

 

D’ici la fin de la décennie 2020, nous prévoyons une part substantielle de solutions de fabrication additive dédiées à la fabrication numérique, alimentées – entre autres – par de nouveaux matériaux et des capacités de production accrues.

Au fil du temps, notre portefeuille de solutions AM numériques bousculera la fabrication conventionnelle.

 

  • Terry Wohlers, consultant principal et président, Wohlers Associates, Inc.

 

Les applications joueront un rôle central pour stimuler la croissance de l’industrie. Ces applications seront soutenues par des startups et des organisations de toutes tailles. La plupart des startups seront acquises ou disparaîtront simplement. Les entreprises prospères s’appuieront sur ce qui est désormais en place dans plusieurs secteurs, notamment la santé, l’aérospatiale et la défense. Les organisations du secteur de l’électricité et de l’énergie aideront les secteurs industriels développés à faire progresser la FA à des niveaux jamais vus dans le passé.

La fabrication de produits personnalisés pour les consommateurs et les entreprises de tous les jours deviendra monnaie courante. Certaines entreprises réaliseront des progrès substantiels dans le transfert des inventaires physiques aux inventaires numériques et dans la fabrication à la demande. Cela deviendra particulièrement vrai pour la fabrication de pièces détachées. De nombreuses autres normes à l’échelle de l’industrie de l’ASTM, de l’ISO et d’autres organisations feront progresser la fabrication additive et la rendront plus viable économiquement. Les volumes de produits soutiendront une baisse substantielle des prix des matériaux. Ceci, associé à des machines AM considérablement plus rapides et à une automatisation post-processus, modifiera les types et les volumes de produits qui seront produits par AM.

 

  • Arno Held, directeur des affaires, AM Ventures

 

À la fin de cette décennie, la fabrication additive ne sera pas seulement devenue une technologie qui s’intègre aux flux de production existants. Nous assisterons également à la technologie qui révolutionnera la façon dont nous développons, créons et achetons des produits. Une plus grande puissance de calcul, un moindre coût par énergie et la disponibilité d’une formation technique ciblée entraîneront une augmentation importante de la productivité des machines, des gammes de matériaux plus larges, une recyclabilité améliorée, ainsi que des niveaux de qualité beaucoup plus élevés. Je suis convaincu que d’ici 2030, les produits conçus et fabriqués sur la base de principes additifs permettront aux voitures de rouler plus loin, aux batteries de durer plus longtemps et  aux avions de voler avec beaucoup moins d’émissions et j’ai hâte de témoin de tout cela moi-même.

 

  • Naresh Shanker, directeur de la technologie, Xerox

 

Au cours de la prochaine décennie, l’impression 3D sera entièrement intégrée à la fabrication traditionnelle. La fabrication additive sera un élément courant de la plupart des chaînes d’assemblage. Une impression 3D plus rapide et plus robuste, cohérente et de haute qualité permettra une production à grande échelle au même niveau que les techniques traditionnelles comme le moulage et le moulage par injection.

Mais voyons plus grand. Il ne s’agit pas seulement de la fabrication : l’impression 3D va être au cœur d’une économie à la demande, instantanée et hautement personnalisée, changeant également la façon dont nous abordons la conception, l’inventaire, la logistique et la réalisation, offrant une puissance économique et environnementale jamais vue.  

 

  • Vyomesh Joshi, président et chef de la direction, 3D Systems

 

Je suis enthousiasmé par l’éventail de possibilités induits par l’impression 3D. Fin 2029, le marché arrivera à maturité grâce à l’adoption de la technologie AM. La capacité de «conception à la production» facilitée par la fabrication additive deviendra omniprésente dans tous les segments. L’impression 3D en tant que technologie habilitante est enseignée dans les écoles aujourd’hui… D’ici la fin de la décennie, tous les élèves de l’école élémentaire aux établissements de troisième cycle auront accès à ces technologies de transformation. La Fabrication additive – pièces personnalisées, pièces complexes et cycles de développement de produits accélérés – deviendra un mode de vie plutôt qu’une possibilité grâce à une «nouvelle» technologie. D’ici la fin de la décennie, la technologie AM transformera les chaînes d’approvisionnement avec des produits personnalisés disponibles sur commande grâce à l’impression à la demande et locale.

Tout au long de la prochaine décennie, la science des matériaux sera un moteur de la croissance des applications induites par la fabrication additive. Je suis convaincu que le rythme de l’innovation des matériaux s’accélérera et, à la sortie des années 2020, nous verrons une variété de nouveaux matériaux, notamment : des matériaux résistants, des matériaux à haute température, des matériaux biocompatibles, des matériaux aérospatiaux haute performance, des bioinks, des céramiques, cermets et composites… Au fur et à mesure que le marché mûrit, les fabricants continueront de pousser les équipementiers à acheter de nouveaux matériaux pour répondre à de nouvelles applications jamais imaginées auparavant.

Ce qui me passionne le plus au cours de cette prochaine décennie, c’est le potentiel des technologies AM pour redéfinir les soins de santé spécifiques aux patients grâce à la bio-impression. Nous n’aurons pas seulement un impact sur la qualité de vie des patients – sauver des vies grâce à la bio-impression deviendra une réalité. La vitesse, la taille et la résolution des matériaux révolutionnaires ouvriront de nouvelles opportunités pour la médecine régénérative, y compris des applications dans la régénération tissulaire et la création d’organes.

 

  • Bart Van der Schueren, directeur technique, Materialise

 

Au cours de la prochaine décennie, nous constaterons que l’impression 3D devient partie intégrante de nos processus de fabrication standard. Le choix entre impression 3D et production conventionnelle s’appliquera à de nombreuses étapes du processus de production. Cela sera motivé par l’augmentation significative des performances des machines, des flux de travail automatisés et des conceptions de produits nativement disponibles pour l’impression 3D. En parallèle, la qualité des impressions augmentera considérablement et deviendra reproductible sur plusieurs machines. La promesse de l’impression multi-matériaux et l’intégration de l’électronique permettront le développement de toutes nouvelles catégories de produits à forte valeur ajoutée, notamment des wearables avancés et personnalisés en masse.

 

  • Zach Simkin, président, Senvol et président du conseil consultatif sur la fabrication additive des PME

 

D’ici la fin de la décennie, j’espère que bon nombre des défis communs auxquels nous sommes confrontés avec la fabrication additive auront été résolus. Par exemple, j’espère que nous aurons une main-d’œuvre importante formée à la conception. J’espère qu’il y aura des voies bien définies et faciles à mettre en œuvre pour la qualification et la certification des composants fabriqués de manière additive.

Et ce n’est pas seulement de l’espoir. Je prévois et je prédis que tous les problèmes que j’ai mentionnés auront apporté des améliorations substantielles par rapport au statu quo actuel.

 

  • Trent Allen, président, Tethon 3D

 

En raison des matériaux avancés et des applications conçues au cours de la prochaine décennie, l’accent sur la cybersécurité sera développé. Les imprimantes 3D compatibles WiFi utilisées dans l’industrie pourraient se conjuguer au passé. Mes espoirs pour la prochaine décennie seraient, en tant qu’industrie, que nous passions moins de temps sur des applications d’impression 3D sans importance et que nous continuions à repousser les limites dans des domaines tels que l’énergie, l’espace et le médical.

 

  • Jos Burger, PDG, Ultimaker

 

À la fin de la décennie 2020, il est probable que davantage d’entreprises aient adopté un “entrepôt numérique ». Les entreprises ont compris que l’impression 3D avait non seulement le potentiel de débloquer de nouvelles applications, mais aussi de nouvelles opportunités commerciales. L’approvisionnement traditionnel en pièces exigeait de longs délais et des frais de livraison coûteux en attente de l’exécution des commandes. Avec l’impression 3D, les entreprises peuvent produire des pièces personnalisées à la demande, répondant immédiatement aux besoins et souvent sur mesure à la demande des clients.

 

  • Nora Toure, fondatrice, Women in 3D Printing

 

J’espère sincèrement que la fabrication additive, en particulier parce qu’elle permet une production à la demande et localisée, aura un rôle plus important à jouer dans la résolution des problèmes de durabilité auxquels nous sommes confrontés.

Je prédis qu’il y aura un nombre incalculable d’entreprises qui auront adopté la fabrication additive dans leur chaîne d’approvisionnement commercialement avec une grande majorité de production à la demande et locale (comme une combinaison d’outils de fabrication, y compris la fabrication additive). Cela signifie que nous aurons trouvé un moyen de certifier rapidement et efficacement les pièces fabriquées à la demande.

J’espère que la production sera entièrement automatisée avec l’arrivée de la robotique, réduisant le coût de production. Je soupçonne qu’une fois qu’un article sera terminé, un drone le livrera à sa destination finale. J’espère qu’une décennie sera suffisante pour répondre à toutes les questions juridiques qui accompagnent ce que je viens d’écrire !

Comme le confirme le retour des leaders de l’industrie de la fabrication additive interrogés pour cet article, l’impression 3D se développe rapidement à une échelle mondiale. Pour que les prévisions énoncées ci-dessus se concrétisent au cours de la prochaine décennie, notre secteur doit continuer à attirer les meilleurs professionnels, afin de pousser toujours plus loin le trio indissociable : machines, matériaux, logiciels.